Madurai – Negombo

Après la journée de mardi passée dans un bus (voyez le post sur « pelerinage », encore à venir quand j’écris ces lignes), nous avons passé notre mercredi en avion.
Enfin, en avion ! En aéroport plutôt !

Pour aller de Madurai (Tamil Nadu) à Colombo (Sri Lanka) distantes de 200 km, il faut 55 minutes d’avion (un petit bimoteur à hélices de 80 passagers, compagnie Spicejet « Red, Hot, Spicy ! ». Mais bien sûr il faut compter le trajet du centre-ville à l’aéroport (15 km, 30 minutes en TukTuk), le passage de l’entrée de l’aéroport (sous controle militaire) au guichet d’embarquement (50 mètres) le passage à la détection des bagages (6 mètres), le passage à l’enregistrement des bagages (25 mètres), le passage à la douane avec fouille des bagages à main, et bien sûr fouille au corps puisque j’avais laissé mon portefeuille dans ma poche. Chance, cette fois-ci j’ai pu garder mes chaussures, alors que j’ai déjà dû les enlever à Charleroi, et qu’ici en Inde, il faut les enlever pour entrer dans une boutique de souvenirs… Remettre tout le bazar (pc, téléphone, power bank, chargeur) dans le bagage à main dûment estampillé « controle », descendre au niveau des pistes pour attendre l’ouverture du gate, prendre le bus pour 600 mètres sur le tarmac, monter l’escalier d’accès à l’avion, parcourir l’allée centrale jusqu’à la 17ième rangée, mettre le bagage à main dans le casier au-dessus du siège (chance, cette fois ci il y a de la place).

A l’arrivée à Colombo, la procédure est plus rapide. Si ce n’est qu’il faut présenter au contrôle d’identité le fameux formulaire qu’on ne trouve qu’après un premier passage au guichet de douane…

La demande de visa a bien été enregistrée attachée au passeport avec le billet d’avion, le visa est accordé sans délai ni discussion même si j‘ai fait une faute de frappe dans la demande de visa de Christine et que je m’attendais à devoir repayer ce formulaire !

Récupérer les sacs (rapide, l’avion étant petit, tous les bagages tournent déjà quand on arrive au tapis), prendre la sortie « rien à déclarer ». La chaleur est là après la clim dans les bâtiments, 32 °ça fait du bien, après deux heures à 24 °. J’avais peur d’attraper encore un rhume.

Notre chauffeur nous attend et nous conduit au guest house, une demi-heure de route pour 15 km.

Partis ce matin à 11 heures de l’hôtel Padmam, nous entrons dans notre chambre à Négombo vers 17h30. 6 heures et demie pour deux cent trente km, c’est l’équivalent de la vitesse sur route, 30 km/heures.

Leave a Reply