Faut-il croire à l’homéopathie ?

En d’autres termes, peut-on envisager l’homéopathie comme une spécialité de la médecine, ou comme une thérapie de nature psychologique agissant pas effet placebo.

La question est sur facebook

Hey les amis, un petit débat, pour ou contre l’homéopathie, preuves à l’appui dans les deux cas et articles scientifiques demandés :)) Pour répondre à une interrogation personnelle (et un autre débat avec des scientifiques purs et durs !)

Et le débat s’anime :

o

Karine Tupperware Jacques Pas vraiment pour, je pense plutot au départ que c’est psychologique… Mais bon comme certain produits ont été efficace pour mon fils alors qu’il n’était encore un bébé, je suis rendue partagée.

Il y a 21 heures • J’aime •   1

o

Elisa Laleuf l’homéopathie est une médecine énergétique, elle utilise le vide quantique des cellules pour transmettre les informations. Comme toute médecine énergétique elle est plus efficace quand le corps est non-intoxiqué (c’est pour ça qu’elle fonctionne très bien sur les bébés pas encore intoxiqués au café, tabac, alcool etc, et qu’elle fonctionne aussi très bien sur les animaux en agriculture bio, ce qui pulvérise la thèse de l’effet placebo)

magazines_nexus

Il y a 21 heures • J’aime •   3

o

Elisa Laleuf quand ça marche pas, c’est soit pas la bonne prescription, soit le corps est trop encrassé, soit le corps énergétique a beaucoup de problèmes et ne peux répondre, mais bon à ta place je ne trentrerai pas dans un débat sur l’énergétique avec des scientifiques purs et durs, ils ouvriront la porte quand ils le voudront, et en attendant ils la laisseront volontairement fermées(enfin on sait jamais c’est l’ère du Verseau, mais te fait pas mal), après les effets indésirables sont très rares, dans le pire des cas ça ne marche pas, et dans le meilleur ça marche et sans effets secondaires, pourquoi être contre ?

Il y a 21 heures • J’aime •   3

o

Marlène Weil Pareil, ni pour ni contre, j’ai jamais essayé pour moi mais sur ma puce oui (camilia pour les dents et coratrucmuche pour le rhume), et je ne peux pas dire si ça a vraiment marché en fait, je n’ai pas vu d’effet prononcé mais si ça se trouve ça aurait été pire sans, impossible à savoir !

Il y a 21 heures • J’aime •   1

o

Elisa Laleuf j’ai vu sur mon fils des otites guéries en 2h (soulagement des douleurs quasi immédiat) et des bronchites guéries en 3 jours, ça peut être impressionnant quand c’est la bonne prescription le bon homéo et la bonne réponse.

Il y a 21 heures • J’aime •   3

o

Alexandra Eyral Moi, je voulais juste dire qu’il faut arrêter de penser que l’homéopathie se donne comme un bonbon, même sans effets secondaires. Comme le dit Elisa , il est important d’avoir une prescription faite par un homéopathe compétent.

Il y a 21 heures • J’aime •   2

o

Elisa Laleuf y a quelques dilutions qui peuvent avoir des effets indésirables mais elles sont très rares, par exemple hepar sulfur , est très puissant, mais peut provoquer des otites , mais je crois que y en a seulement un ou deux autres dont il faut se mefier

Il y a 21 heures • J’aime •   1

o

Alexandra Eyral Dans ce cas, si tu ne consultes pas d’homéopathe, il me semble que c’est rappelé dans tous les (bons) livres sur l’homéo.^^

Il y a 21 heures • J’aime

o

Dine Andco ‎Elisa Laleuf je veux bien l’article ! Merci ! Tu penses quoi des « suicides homéo  » destinés à prouver que c’est sans effet ?

Il y a 20 heures • J’aime

o

Nolwenn Jan Moi je suis pour mais je pense que certaines personnes réagissent plus que d’autres, donc ça ne guérira pas a tout coup 🙂 pour l’experience perso, ma mère m’a raconté que lorsque j’étais petite je faisais quasiment une otite par semaine, ne sachant plus quoi faire elle est allé voir un homéopathe (très bon homéopathe d’ailleurs) et mes otites se sont espacé à tout les mois puis progressivement elles ont fini par disparaître (ça n’a pas disparu d’un coup mais ça a soulagé mes parents qui voyait enfin un traitement qui fonctionnait)

Il y a 20 heures • J’aime •   1

o

Aude Choppin moi je pense que le meilleur homéopathe, c’est celui qui va poser plus de questions sur son patient, que sur la maladie qu’il a. Il va ensuite le traiter de manière à renforcer ses faiblesses, sans toujours soigner les symptômes de la maladie. Le corps y gagne, le système immunitaire est renforcé à chaque maladie, c’est vraiment une médecine positive. Pour ce qui est du suicide, ça me semble impossible, ridicule, et la personne qui veut essayer ça n’a vraiment pas compris le fonctionnement de base de l’homéopathie. On essaye pas de faire disparaître des symptômes, mais on donne au corps des moyens nouveaux pour les combattre.

Il y a 20 heures • Je n’aime plus •   4

o

Michel Choppin articles, tests, j’ai pas vraiment collectionné tout ça. y en a moins que pour l’allopathie.

l’homéopathie, c’est avant tout un art de soigner qui dépend du sujet lui-même (ou de celui qui exprime sa volonté, comme la maman du bébé) pour se soigner par homeopathie, il faut se prendre en charge, le thérapeute est un conseil, pas un maitre.

mais il ne faut même pas « y croire », il faut avoir envie de guerir…

peut etre un peu philosophique comme info, mais ça fait partie de l’enquête.

Il y a 11 heures • J’aime •   1

o

Maud Zoetardt Alors, irrémédiablement pour théoriquement, car convaincue des bienfaits, mais poru avoir concrètement essayé sur moi durant ma grossesse (avec une homéopathe), j’ai trouvé les effets lents, il a fallu clairement attendre au moins 4 jours pour commencer à voir une amélioration. Par contre, j’ai testé une crème homéopathique pour les douleurs musculaires, un pendant homéo du flexium ou autre truc du genre, et là, complètement bluffée car amélioration nette en une journée à peine… L’oscillo me fait passer un hiver sans grippe. Mais clairement, traitement complet homéo sans rien d’autre en allopathie, ça marche ici, mais lentement, et je me demande du coup si les gens ne pensent pas que plus vite ça marche, mieux c’est….?

Il y a 6 heures • J’aime

o

Maud Zoetardt Je suis convaincue par ce que dit Elisa pour l’expérimenter ici sur moi enceinte et sur le petit. Enceinte, je suis beaucoup moins intoxiquée (pas d’alcool, de cigarettes, bon un peu de café quand même lol !) et je pense que ça marche d’autant mieux, et Arthur, on n’a en fin de compte utilisé que le chamomilla, mais quelle merveille pour ses douleurs de dent !!!

Il y a 6 heures • J’aime

Et le débat n’est pas clos !

Pour moi, je pense surtout que l’homéopathie est un type de soin holistique, qui s’adresse à une personnalité plutôt qu’a un malade ou pire à une maladie. L’homéopathe n’emploiera pas le même remède pour des symptomes similaires chez des patients différents. Mais finalement, c’est le soin que la personne prendra de son propre traitement, de sa propre santé, qui déterminera l’efficacité du traitement.

Alors, le suicide à l’’ homéopathie, ça fait légèrement sourire. Dans cette forme de soin, ce qui guérit, ce n’est pas le produit, mais la réaction de l’organisme malade. Le produit en lui-même est inoffensif. A part de très rares cas recensés, les boules, poudres et gouttes homéopathiques sont sans effet en l’absence de symptomes. Le but du jeu n’est pas de faire agir un auxiliaire externe, mais de faire réagir l’organisme contre le déséquilibre qui provoque la maladie.

Quoi de plus adulte, en fin de course, que de responsabiliser la personne dans sa totalité et de la pousser à se prendre en charge de l’intérieur ?

4 Responses to “Faut-il croire à l’homéopathie ?”

  1. Michel dit :

    Médecine douce
    Selon le centre fédérai d’expertise des soins de santé l’homéopathie ne repose sur aucune base scientifique. Sans nier sen succès auprès des patients, ses experts recommandent de ne pas la faire rembourser par l’assurance seins de santé obligataire.
    Une position qui ne manque pas de réanimer le débat sur l’efficacité de cette discipline.
    Il en va des médecins comme des enseignants. Nous passons tous dans leurs mains, un jour ou l’autre, pour un temps plus ou moins long, et ils marquent peu ou prou notre vécu, voire notre destinée. C’est donc toujours au travers d’un prisme très personnel, marqué par nos expérien-ces propres, que nous analysons « la » Médecine ou « l »’Enseignement et, de là, les médecins et les profs.
    Toute tentative d’objectiver l’efficacité d’une discipline est donc a priori bienvenue. C’est ce qu’a tenté de faire le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE) au sujet de l’homéo-pathie, à la suite d’une évaluation de l’ostéopathie, de l’acupuncture et de la chiropractie. Après avoir passé en revue la littérature scientifique internationale, cet organisme d’intérêt public qui conseille les décideurs politiques estime qu’il n’existe pas la moindre preuve scien-tifique que l’homéopathie est efficace ».
    Lorsque des effets positifs sont constatés, commente le KCE, c’est en raison de l’effet placé-bo, c’est-à-dire que l’effet physiologique favorable, bien réel, est le produit des attentes du patient et du thérapeute (ils sont 340 homéopathes enregistrés à officier actuellement dans le pays). Le KCE souligne aussi qu’il n’existe aucune preuve démontrant que les préparations homéopathiques sont plus efficaces que l’eau distillée. Néanmoins, estimées sans effets se-condaires, elles ne comportent aucun danger. Il estime, enfin, que la discipline ne doit être exercée que par des médecins (pour garantir, notamment, un diagnostic correct et réalisé à temps) et ne doit pas être remboursée par l’assurance soins de santé obligatoire .
    Les “homéopathes contestent vivement cette vision des choses . Ils estiment que la méthode sur laquelle reposent ces évaluations scientifiques (le test dit « en double aveugle ») ne peut tenir compte correctement de la spécificité de leur discipline. Celle-ci, en effet, envisage moins la maladie elle-même que le patient dans sa globalité et, notamment, ses déséquilibres énergétiques de même que des liens sous-jacents entre des symptômes de natures très diverses. L’homéopathie peut donc aboutir à prescrire, pour une même affection, des remèdes qui varient fortement selon la personne soignée.
    Ses praticiens évoquent également le statut universitaire acquis par leur discipline dans certains pays d’Amérique latine, regrettant la frilosité de l’approche européenne. Ils estiment que l’effet placébo ne peut expliquer la guérison de très jeunes enfants ou, dans le cas de l’homéopathie vétérinaire, d’animaux. Enfin, ils soulignent tout particulièrement l’efficacité de leur approche dans les maux récidivants dont la médecine classique (allopathique) ne vient pas nécessairement à bout : allergies, bronchites, vaginites, Cystites, etc.
    Que penser de ce énième rebondissement du débat sur l’une des médecines « alternatives » les plus sollicitées par les patients (6 % des Belges y ont eu recours en 2009, estime le KCE) ?
    Tout d’abord, ce paradoxe: tout en reconnaissant la puissance de l’effet placébo, y compris en homéopathie, le KCE ne plaide pas – c’est un euphémisme – pour un plus grand soutien ã l’homéopathie. Ensuite, les homéopathes se prévalent de très faibles prescriptions d’antibioti-ques et d’autres médicaments parfois très couteux pour la collectivité, évoquant notamment les phénomènes de résistance bactérienne. Le KCE estime que cette “sous-prescription’ reste à prouver. Qu’attend-on, dès lors, pour étudier plus avant cette question dans un “système’ médical où tout peut être mis en statistique, évalué, contrôlé ? De plus, si l’homéopathie n’a pas le monopole de l’écoute attentive (couramment près d’une heure de consultation), elle a le mérite de s’interroger davantage sur les racines d’un mal que sur ses manifestations de surface. Dans ce sens, elle invite le patient – s’il en a l’envie et la capacité (mais aussi les moyens) – à une réflexion sur son style de vie. Enfin, si son succès en termes de fréquentation n’est en rien un gage d’efficacité, elle a aussi le mérite de questionner la notion de « preuve scientifique » dans un monde attaché – enchainé? – à la notion de certitude. Rien que pour cela, on aimerait voir, parfois, le monde de la médecine raisonner davantage en termes de complémentarité et de curiosité réciproque, voire d’humilité face aux savoirs (en évolution perpétuelle), qu’en termes d’exclusive, voire de dédain.

  2. Michel dit :

    Sauvegarde de la médecine homéopathique

    75,000
    58,786
    58,786 signatures. Atteignons 75,000
    Pourquoi c’est important
    L’homéopathie est en grave danger.
    Les médecins homéopathes vous alertent sur la disparition programmée de vos remèdes homéopathiques. Suite à l’application d’une directive européenne sur la traçabilité qui aboutit à demander des sommes très importantes pour l’enregistrement de chaque souche, en quelques mois, 75% des remèdes homéopathiques deviennent indisponibles sur le territoire français; ils sont pourtant indispensables pour soigner de nombreux malades.
    Cela compromet la santé de nos concitoyens.
    Publiée Janvier 12, 2013

  3. Michel dit :

    SIGNEZ CETTE PÉTITION
    La disparition de 75% des remèdes homéopathiques compromet la santé de nos concitoyens. Nous vous demandons de DECRETER en URGENCE l’autorisation pour tout préparatoire homéopathique habilité sur le territoire français, de délivrer sans frais, l’autorisation de mise sur le marché de l’intégralité des souches homéopathiques mondialement reconnues à partir de la douzième dilution centésimale hahnemannienne, y compris les souches anciennes, ainsi que la possibilité de réaliser des préparations isopathiques à partir de prélèvements biologiques. La sécurité de ces dilutions est sans contestation possible (Principe associé au nombre Avogadro). Cette demande respecte totalement les principes de l’éthique biomédicale qui sont enseignés dans nos universités. (le texte complet de la pétition est accessible ici http://www.apmh.asso.fr/breves/view/60) Dr. D GRANDGEORGE, Dr. JM ALEXIS, Dr H CHABOUSSOU, Dr V GAUDFERNAU, Dr C LEURELE, Dr P GOUZON, I ROSSI, Dr F REROLLE, Dr. E BROUSSALIAN
    http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauvegarde_de_la_medecine_homeopathique/?fxwiIab&pv=88

  4. ribreau dit :

    Les ordos avec 50 lignes d’homéopathie pour traiter un rhume, et à la fin : un spray à base de corticoïdes ou de vasoconstricteurs… je me marre.
    C’est de « la branlette médicale » l’homéopathie, bonne pour les profs bobos qui n’ont que ça à faire de leurs journées…

    Je me permets d’intervenir: Peut etre que vous n’avez jamais eu affaire à un véritable homéopathe, juste à des généralistes qui surfent sur la vague.
    mon homéopathe à moi est un uniciste: un seul remède sur une ordonnance. les cocktails « pour le cas où », très peu pour moi.
    Mais vous devez savoir aussi que votre meilleur médecin homéopathe, c’est vous-même. c’est en fin de compte vous qui etes responsable de votre santé, l’homme de l’art n’est qu’un conseiller.

Leave a Reply