Ça n’arrive pas qu’aux autres

J’ai donc fait à mon tour l’expérience des accidents de bricolage…

En utilisant une fendeuse, j’ai malencontreusement laissé mon doigt entre le bois et le piston de la machine. Résultat immédiat : le doigt est resté attaché à la main, sauf un petit bout (les trois quarts de la dernière phalange de l’index gauche)

Je me trouve donc aujourd’hui  un peu moins complet qu’hier !

Samedi après midi, donc, départ précipité direction immédiate vers le centre de santé des Fagnes, autrement dit l’hôpital de Chimay

Rendez-vous aux urgences, prise en main immédiate, l’urgentiste m’ordonne sérum antitétanique, antibiotique et simple pansement compressif.. en attendant que je sois an état d’être anesthésié. Comme je ne suis pas à jeun et que l’anesthésie générale doit être envisagée, j’ai un rendez-vous pour le lendemain matin. Un analgésique suffira a me faire passer une benne nuit, et a faire le deuil d’une partie de mon corps qui ne tenait pas assez à moi.

Je ne me rends pas compte de l’opération le lendemain puisque je suis endormi, mais je ressors sur mes deux pieds après une heure au bloc.

Quand je pense que j’ai construit ma maison en trois ans sans un accident, sans une blessure en dehors d’un ongle noir, et qu’il faut que j’attende d’être « retraité » pour faire maintenant partie des statistiques des accidents de weekend !

 

Leave a Reply