Meknès

La médina et la ville impériale : ce sont nos objectifs du jour.
Aller en grand taxi jusqu’à la station place Lahdim et Bab Al Mansour nous évite de conduire dans la ville. Bien que la circulation soit plus « courtoise » que celle de Casablanca, les itinéraires ne me paraissent pas beaucoup plus clairs. Donc se laisser guider par quelqu’un qui connait est un plaisir. Comme nous sommes 4, le grand taxi (6 places) est obligatoire, les petits taxis sont limités à 3 places.
Nous débarquons dans la médina, nous arrêtons à la première boutique sympa. Le « boutiquier » (du moins nous le prenons pour tel dans un premier temps) se propose de nous indiquer une boutique où on vend les herbes et épices qu’il n’a pas. En réalité, il nous guide à travers toute la médina en nous faisant l’article, d’une manière tellement sympa que nous ne nous repentons pas de nous être laissé imposer un « guide » (absolument officieux).
Il s’exprime dans un excellent français et nous tient des propos qui nous rejoignent sur la spiritualité et l’amour universel. Un soufi, nous avons de la chance, nous sommes vraiment tombés sur la personne qui pouvait le mieux nous aiguiller vers les objets de nos intérêts.
P1030124

P1030127

P1030128

P1030130

P1030133

P1030155
crédit photos: M-C Ravot
Nous passons dans des ruelles, nous nous arrêtons dans des endroits que nous n’aurions pas pensé visiter seuls, ni surtout photographier. La plupart des boutiques sont fermées, c’est vendredi et le jour de la grande prière, les magasins n’ouvrent pratiquement pas avant 17h00, quand ils ouvrent. Nous voyons quand même des échoppes : ferronniers, artisans du bois, marchands de souvenirs pour touristes, artisan bijoutier, marchand de tapis, et finalement marchandes d’herbes, donc, une coopérative de femmes berbères divorcées.
Nous terminons notre tournée par le vieux mellah, dont les plus vieilles maisons doivent avoir plus de 1000 ans sur le même site !
Pause de midi : Tajine sur la place Lahdim , avec un garçon qui prend le temps de blaguer avec les seuls clients qu’il a accroché. C’est la basse saison.

Nous continuons en faisant le tout de la cité impériale et du golf et palais royal. Retour en grand taxi, recherche d’un marchand qui nous fournirait des légumes : curieusement, aucune boutique n’est ouverte, mais nous découvrons enfin un petit marché où faire nos emplettes. Fin de la journée.

Leave a Reply